MENU

Reportage photo: Népal

Os Mutantes, la canibal revolução

15 juin 2016 Commentaires (0) Vues: 500 Article

Edito #5

L’heure est au changement. C’est pas moi qui le dit, ni François Hollande, c’est la société. Il n’y a qu’à voir le vent de révolte qui souffle un peu partout en France et qui fait mouiller le pantalon de nos dirigeants adorés. Et si à Poppers Mag, on attend le changement depuis longtemps (surtout concernant le salaire à vie steuplé… parce que ces derniers temps c’est un peu dur t’y as vu…), il s’agit également de ne pas reproduire les mêmes erreurs sempiternelles. N’oublions pas que le mot “révolution” peut également prendre le sens d’un retour à la case départ, d’une boucle bouclée. Si tout le monde semble d’accord sur le fait qu’il faut redistribuer les cartes, en somme, il s’agirait peut-être aussi de redéfinir les règles du jeu.

Et pour ce faire, quoi de mieux que de se tourner vers les enseignements de l’histoire? Ou plutôt des histoires. En effet, il semble opportun, dans ce monde 2.0, de bénéficier des enseignements de plusieurs tranches historiques à la fois et de faire fi de cette arrogance coloniale qui nous empêche de reconnaître nos erreurs et de nous inspirer de ce qu’il se passe dans d’autres pays, dans des pays qui osent. C’est notamment ce que font intelligemment les Ruffin, Lordon, Friot et Cie. Car lorsqu’on prend un peu de recul et qu’on s’interroge sur les influences des Nuits Debout par exemple, il est évident que le mouvement français n’est pas le premier à sonner le glas de cette société et qu’il puise une partie de sa force dans les mouvances similaires qui naissent un peu partout dans le monde. Une inspiration certaine des Nuits Debout se trouve chez notre voisin ibérique par exemple. Mais là encore, le point de départ est ailleurs. Que ce soit donc pour Podemos en Espagne qui semble être en mesure de devenir une alternative politique réelle, pour Varoufakis qui continue de faire le tour de l’Europe afin de donner un nouveau souffle au mouvement grec initié par Syriza, ou même aux Etats-Unis qui en viennent à se tourner vers un gauchiste (chose rare pour ce pays idéologiquement lobotomisé par des décénies de guerre froide) en la personne de Bernie Sanders; toutes ces initiatives ne sont, elles non plus, pas apparues comme cela. Si Podemos semble être l’instigateur du vent de folie qui sévit en Europe, il puise son inspiration dans un autre mouvement hispanique qui prend ses racines en Amérique du Sud.

Car ces dernières années, il est évident que l’adversaire le plus coriace de notre système politique et économique décadent ait été constitué par une partie de l’Amérique latine. Et tant de choses ont été dites (ou omises) à ce sujet qu’il est difficile de rassembler des éléments probants qui te permettraient, ami lecteur, de te faire une meilleure idée sur l’histoire de ces processus dits “progressistes” en Amérique du Sud, d’en comprendre les forces mais aussi les failles. C’est pourquoi, Poppers Mag a décidé de te pondre une série d’articles dédiés au continent latino.

Mais avant d’en venir au vif du sujet, il est important de souligner quelques changements dans notre méthodologie. Poppers Mag a pour ambition de participer à l’effort de vulgarisation entamé par certains, espérant ainsi constituer un contrepoids valable à cette société de la communication en mal de “contre-information” et “d’actes de résistence”, et notre but est de rompre avec la tradition journalistique qui veut que l’information doit être neutre de toute opinion (ce qui est une belle hypocrisie, vous en conviendrez). D’où l’importance des sources (qui n’apparaissent pas dans le 20h de M.Pujadas par exemple…). Les sources affichées un peu partout dans les articles qui suivent ou les liens en surbrillance te permettent dans un premier temps, amis lecteur, de faire le même cheminement intellectuel que nous mais aussi de nous situer dans le large spectre de la pensée. Mais bien plus encore, elles te donnent la possibilité de pousser plus loin la réflexion et l’exploration en allant fouiller sur cette chose étrange qu’est le web. Mieux encore: elles ouvrent la porte au dialogue et te donne une opportunité supplémentaire de nous contredire ou d’interagir avec nous. Bref, elles te donnent la possibilité de devenir actif et non plus de subir l’information de plein fouet. Mais revenons-en à nos moutons.

Ce mois-ci donc, la rédaction de Poppers Mag t’emmenera voyager du rock psychédellique brésilien au Venezuela de Simon Bolivar et d’Hugo Chavez. Puis nous suivront l’évolution du mouvement révolutionnaire dans les pays voisins pour finir par un témoignage photo époustouflant en Bolivie. Le tout nous amènera à étudier une tranche d’histoire plus ancienne. Nous reviendrons ainsi sur la filiation idéologique qui existe entre Hugo Chavez et Simon Bolivar pour tenter de comprendre de quelle manière l’histoire influence le présent. Un retour aux sources et à l’époque de la révolution française pour boucler la boucle une fois pour toutes et passer à autre chose.

Share on FacebookShare on Google+Share on TumblrTweet about this on TwitterEmail this to someone

Tags:

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *