MENU

Dave Van Ronk – Le Maire de MacDougal Street

Dario Argento, le maniaque multipolaire du bordel contradictoire

27 janvier 2015 Commentaires (2) Vues: 1585 Article

Reportage Photo : Panama

Tu le sais, depuis quelques temps, la jeunesse française déserte et part vivre le rêve américain partout ailleurs que dans le Poitou ou le Gers. C’est à n’y rien comprendre, nous sommes bien d’accords car tous les indicateurs sont au beau fixe en France et nos leaders plus charismatiques que jamais. C’est pourtant un fait. En allant rendre visite à 4 de ces expats, Romain, notre reporter intrépide s’est retrouvé au beau milieu de la mer des Caraïbes, au Panama au mois de septembre dernier.

De là, il s’est vu propulsé dans un mode de vie bien éloigné de celui que nous connaissons. Il faut bien comprendre que dans la ville et dans la province de Bocas del Toro, la vie semble plus simple aux naïfs que nous sommes. Si la pauvreté est bien présente, la nature et le climat sont là pour offrir de quoi subsister et demeurer dans un état de santé et de confort assez relatif. Pour un citadin occidental normal, un tel décor semble idyllique et sans problème majeur. Pourtant, au fil des rencontres, nos jeunes expats en viennent petit à petit à lever le voile de simplicité et de pureté qui semblait nimber la région pour en découvrir les vrais problèmes.

Au hasard d’un marché sur lequel la gente féminine de leur petit groupe de français vendait quelques gâteaux préparés le matin même, Romain et ses amis rencontrent quelques figures locales importantes. Tout d’abord quelques petits vieux quasi-gâteux, vendant leur came sur le marché: des bracelets faits main. Il s’avère rapidement qu’ils ne sont pas venus d’eux-même mais accompagnés par un groupe de bénévoles appelés les Floating Doctors. Cette ONG composée de professionnels de la santé s’occupe de prodiguer des soins gratuitement aux locaux qui n’y ont pas accès mais également de fournir des outils et une aide pédagogique à la population locale afin qu’elle soit mieux à même de se prendre en charge.

La seconde rencontre est plus surprenante. Il s’agit de Tom O’Flaherty. A première vue, Tom déteint pas mal des panaméens locaux ou même des nombreux expatriés qui ont refait leur vie à Bocas del Toro. Avec son look d’ancien biker tatoué de partout et sa ressemblance choquante avec Hulk Hogan il a déjà de quoi attirer l’oeil. Mais c’est surtout sa toge orange vif de moine bouddhiste qui parachève son allure et le sentiment que Tom est tombé du ciel. Il s’avère que l’américain est un personnage emblématique du coin. Bon samaritain local, il est connu de tous et donne un coup de main partout où il le peut.

De ces rencontres découlent les photos qui suivent. Tous se retrouvent quelques jours plus tard à l’hospice de l’œuvre de St Vincent de Paul et rendent visite aux floating doctors mais aussi et surtout aux résidents de cet hospice. L’après-midi est douce et chaude, les filles ont apporté des gâteaux et l’ambiance est clairement à la gaudriole. L’occasion de raviver l’étincelle qui sommeille dans les yeux de ces petits vieux mais aussi de faire plusieurs constats.

Le premier, c’est évidemment le rôle primordial que joue l’association des Floating Doctors. Ils s’occupent donc de la santé des pensionnaires de l’hospice mais aussi de l’entretien des lieux et de leurs sorties avec leurs faibles moyens. Pourtant, les locaux sont impeccables, et les vieillards sains et propres en dépit de la difficulté à faire tourner le centre et à s’approvisionner en médicament.

Le second constat est que contrairement à ce qu’on pourrait penser, les vieux sont délaissés au Panama également. Si dans nos esprits mal formés, on a tendance à penser que les pays du Sud ont gardé en tête l’importance des anciens, cet hospice fait pourtant office de mouroir sordide au même titre que nos maisons de retraite. Les vieux sont délaissés, abandonnés à leur triste sort. Ils ne bénéficient ici d’aucun soutien de l’état et certains jours, la nourriture vient à leur manquer. Sans l’aide inestimable des Floating Doctors et les visites de Tom, ces papis et mamies panaméens seraient parqués là, à fixer les murs et attendre que la mort se charge de leur sort. Le moine bouddhiste/biker américain et les membres de l’ONG les stimulent, s’occupent d’eux et les font sortir un peu des lieux dont ils disposent et de leur torpeur. Au vu des magnifiques images capturées par Romain, nul doute que certains d’entre eux ont encore des choses à revendre. S’il est évident que du fait de leur âge et de leur santé, ces petits vieux sont fragiles et que l’isolement dans lequel ils sont placés envoie leur esprit voguer dans les étoiles, il ne leur en faut pas beaucoup pour les faire redescendre sur terre, même si ce n’est que l’espace d’un instant.

PoppersMag_Panama_Photo_0020

PoppersMag_Panama_Photo_0024

PoppersMag_Panama_Photo_0023

PoppersMag_Panama_Photo_0021

PoppersMag_Panama_Photo_0022

PoppersMag_Panama_Photo_0004

PoppersMag_Panama_Photo_0002

PoppersMag_Panama_Photo_0013

PoppersMag_Panama_Photo_0008

PoppersMag_Panama_Photo_0007

PoppersMag_Panama_Photo_0006

PoppersMag_Panama_Photo_0003

PoppersMag_Panama_Photo_0001

PoppersMag_Panama_Photo_0010

PoppersMag_Panama_Photo_0011

PoppersMag_Panama_Photo_0014

PoppersMag_Panama_Photo_0015

PoppersMag_Panama_Photo_0016

PoppersMag_Panama_Photo_0019

PoppersMag_Panama_Photo_0017

PoppersMag_Panama_Photo_0009

PoppersMag_Panama_Photo_0025

Pour voir le travail de Romain cliquez ici.

Share on FacebookShare on Google+Share on TumblrTweet about this on TwitterEmail this to someone

Tags: , , , ,

2 Commentaires - Reportage Photo : Panama

  1. Olfff dit :

    J’ai beaucoup aimé ces reportages photos, des images poignantes et tres bien commentees.

    Au plaisir d’en decouvrir de nouveaux.

  2. nina Jarison dit :

    Je trouve cela génial toute cette generosite
    A partager
    Bon chemin a vous
    Si,vous avez besoin d bras ou d autres donneur suis partante
    Namaste salutation

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *